Tunisie : la Banque mondiale accorde un prêt de 130 millions $ pour financer les importations de céréales

0
559
cereales_import
La Tunisie bénéficie d’un prêt de 130 millions $ de la Banque mondiale pour financer des importations de céréales.

La Banque mondiale a accordé un prêt de 130 millions $ à la Tunisie. Ces fonds serviront à financer les importations de céréales, notamment de blé et d’orge.

La Banque mondiale et la Tunisie ont signé un accord de prêt de 130 millions $. L’accord a été signé entre le ministre tunisien de l’Économie et de la Planification, Samir Said, et le représentant résident de la Banque mondiale en Tunisie, Alexandre Arrobio. Le montant débloqué permettra de financer l’importation de certains produits céréaliers, rapporte French People Daily.

Financement des importations de blé tendre et d’orge

Selon le ministère tunisien de l’Économie et de la Planification, le prêt servira à financer les importations de blé tendre et d’orge. Il facilitera l’acquisition de semences pour la prochaine campagne agricole. Le financement encouragera également les producteurs à améliorer les rendements afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.

Lire aussi : La BERD contribuera à renforcer le stockage des denrées alimentaires en Afrique du Nord

La Tunisie a déjà reçu 500 millions $ de la Banque mondiale cette année

La Banque mondiale soutient la Tunisie à un moment où le pays subit les effets négatifs de la crise sanitaire de la Covid-19. Ces effets ont été aggravés par les impacts économiques de la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

Lire aussi: Tunisie : le gouvernement signe un partenariat de 400 à 500 millions de dollars avec la Banque mondiale

Cette année, la Banque mondiale a déjà accordé près de 500 millions $ à la Tunisie. Ces fonds ont été consacrés en particulier au secteur de la santé et au programme de sécurité sociale. La Banque soutient aussi la contribution à la sécurisation des besoins en céréales et en semences dans le pays.

Lire aussi : Afrique du Nord : la hausse des prix des denrées alimentaires pose de plus en plus problème