La Tunisie signe une convention pour la réalisation d’un projet de production d’électricité

0
253
Illustration solutions solaires
L’investisseur à impact social Oikocredit révèle l’octroi d’une ligne de crédit de 2 millions de dollars à RDG Collective.

Une convention a été signée pour l’exécution du projet de production d’électricité à partir de l’énergie solaire photovoltaïque. Ce projet sera accompli dans la région El Metbasta (gouvernorat de kairouan-Centre) et aura une capacité de 100 Mégawatts (MW). Ce projet est mis en œuvre dans le cadre de l’appel d’offres des projets de production d’électricité en énergie renouvelable. Le premier lot vise une production d’une capacité 500 MW en énergie solaire photovoltaïque dans cinq gouvernorats. Il s’agit précisément des gouvernorats de Tataouine (200MW ), de Tozeur (50 MW), de Sidi Bouzid (50 MW), de Kairouan (100 MW) et de Gafsa ( 100 MW).

Démarrage des travaux dans un mois

Le projet nécessite des investissements d’environ 80 millions de dollars. Les travaux du projet seront lancés dans un mois avec production prévue pour le dernier trimestre de 2024. À travers ces projets d’énergies renouvelables, la Tunisie souhaite améliorer son indépendance énergétique. En outre, il vise à diversifier le mix énergétique de production d’électricité. Le pays cherche également à réduire le coût de la subvention du secteur de l’énergie.

Lire aussi :  Maroc : Tanger Med construira le 1e parc solaire flottant d’une capacité de 13 MW

L’objectif est aussi de développer l’économie verte et de contribuer à l’effort mondial en matière de réduction des émissions du gaz à effet de serre. Le Chef du gouvernement, Ahmed Hachani, a souligné l’importance de ces projets pour la Tunisie. Par ailleurs, il a mis en avant l’engagement du pays à s’orienter davantage vers l’économie verte. La Tunisie soutient également les énergies alternatives et renouvelables.

Ahmed Hachani a rappelé que le projet a été initié en 2018. Il a mis en valeur l’engagement de l’investisseur émirati dans ce projet et la contribution de la Banque africaine de développement (BAD). Il a également souligné la participation du Fonds monétaire international (FMI) pour la concrétisation du projet. La Société financière internationale (SFI) aussi n’est pas épargnée.

Potentiel énergétique du pays

De son côté, le représentant de la société émiratie AMEA Power, a souligné le potentiel énergique de la Tunisie. Ce dernier sera exploité dans ce domaine. De plus, il a évoqué la connectivité du pays avec les marchés mondiaux. Celui-ci n’a pas manqué d’exprimer la détermination de son institution à investir en hydrogène vert en Tunisie.

De son côté, Malinne Blomberg a réaffirmé l’engagement de la banque à accompagner la Tunisie dans la réalisation de ces projets. Cette dernière est la directrice générale adjointe pour la région Afrique du Nord à la BAD. Ce projet contribuera à la promotion de la région de Kairouan et la création d’emplois. Les travaux du projet démarreront après la signature des accords avec la BAD et la SFI.

Lire aussi : L’ISA et le PNUD lancent un projet pour promouvoir l’utilisation des technologies solaires dans l’agriculture