Tunisie : le gouvernement signe un partenariat de 400 à 500 millions de dollars avec la Banque mondiale

0
510
Banque mondiale
La Banque Mondiale lance son nouveau cadre de partenariat-pays avec la Tunisie avec une enveloppe annuelle sur cinq ans d'environ 400 à 500 millions de dollars.

Le Groupe de la Banque mondiale a lancé un nouveau Cadre de partenariat-pays (CPF) avec la Tunisie, d’une durée de cinq ans. Ce CPF soutient le plan de développement du gouvernement tunisien en faveur d’une expansion économique inclusive, de la création d’emplois de qualité et du renforcement de la résilience aux changements climatiques.

Il a été conçu sur la base d’un diagnostic pays systématique réalisé par la Banque mondiale. Il met l’accent sur la protection sociale, l’éducation, la santé, l’amélioration du climat des affaires et la croissance verte. Le CPF vise trois résultats principaux : la création d’emplois de qualité par le secteur privé, le renforcement du capital humain et l’amélioration de la résilience au changement climatique. Il accorde également une attention particulière aux thèmes transversaux tels que l’égalité des sexes, la responsabilité, la participation et la confiance.

Lire aussi : Tunisie : Face aux violences racistes, la Banque mondiale suspend son cadre de partenariat

Une collaboration idéale pour le développement du pays

Le CPF sera mis en œuvre conjointement par la Banque mondiale, la Société financière internationale (IFC) et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), avec un financement annuel d’environ 400 à 500 millions de dollars. Le CPF s’inscrit dans le cadre d’une collaboration solide et de longue date entre la Tunisie et la Banque mondiale. Il soutient les réformes du gouvernement tunisien visant à améliorer le climat des affaires, à offrir des opportunités d’investissement et à renforcer la compétitivité du secteur privé. Le respect des exigences environnementales et sociales de la Banque mondiale sera une priorité dans la mise en œuvre du CPF.

Lire aussi : Tunisie : la Banque mondiale accorde un prêt de 130 millions $ pour financer les importations de céréales