La Tunisie entend réduire les dépenses du secteur public pour obtenir un prêt du FMI

0
759
Tunisie-reformes
Le gouvernement tunisien veut lancer des mesures urgentes pour réduire les salaires du secteur public, afin d’obtenir un prêt du FMI.

Le gouvernement tunisien mettra en œuvre une série de réformes visant à réduire les salaires du secteur public. L’objectif visé est de remplir les conditions nécessaires pour bénéficier d’un prêt du Fonds monétaire international (FMI).

Le gouvernement tunisien a proposé des mesures urgentes pour réduire les salaires du secteur public. Cette stratégie vise à remplir les conditions d’éligibilité pour obtenir un prêt du Fonds monétaire international (FMI).

Les mesures envisagées comprennent le gel des postes vacants et le réemploi des ressources humaines disponibles, selon un communiqué du gouvernement publié lundi. Un pourcentage sera également fixé pour limiter les promotions de postes au sein de l’administration.

Lire aussi : Le FMI approuve un financement de 456 millions $ pour le Mozambique

Cette annonce intervient alors que la Tunisie cherche à obtenir un prêt de 4 milliards $ du FMI pour éviter la faillite. À cette fin, le pays nord-africain est tenu d’opérer un certain nombre de réformes, notamment le gel des salaires, la réduction des subventions à l’énergie et à l’alimentation et la privatisation de certaines entreprises publiques.

Selon l’agence de presse Xinhua, les dépenses salariales du secteur public tunisien ont atteint un niveau record de 15,6 % du PIB en 2022, contre 10 % en 2010. Cette situation limite la capacité budgétaire du pays pour les investissements publics.

Lire aussi : L’Égypte annonce une privatisation des entreprises publiques