Uber suspend ses opérations en Tanzanie dans l’attente d’un accord avec les autorités

0
586
Uber
La société américaine de covoiturage, Uber, a annoncé la suspension de ses opérations en Tanzanie, après six ans d’activité.

Uber vient d’annoncer la fermeture de ses services en Tanzanie. Cette décision aurait été prise en raison d’un différend non résolu entre l’entreprise et les autorités.

La société américaine de covoiturage, Uber, a annoncé la suspension de ses opérations en Tanzanie, après six ans d’activité. Cette suspension sera maintenue jusqu’à ce qu’un terrain d’entente soit trouvé avec les autorités.

Selon la société, « la réglementation actuelle dans le secteur des transports en Tanzanie a créé un environnement peu convivial ». Cela aurait représenté un énorme défi pour les activités de l’entreprise, a-t-elle indiqué dans un communiqué, sans fournir plus de détails.

Lire aussi : Afrique : Uber s’associe à Opibus pour déployer 3 000 motos électriques en 2022

Une réponse à la réduction des commissions de l’entreprise

Selon les explications apportées par TechCrunch, les autorités tanzaniennes ont émis une ordonnance en mars, obligeant les sociétés de transport à réduire leurs frais de service à 15 %, contre les 25 % qu’elles facturaient initialement. La tentative de Uber de faire réviser cette décision a échoué.

La compagnie suspendra donc temporairement ses opérations, dans l’attente d’une réglementation moins sévère. Toutefois, elle s’estime prête à coopérer avec les autorités compétentes et à « conclure un accord qui créera un environnement plus stable ».

Pour rappel, Uber offre ses services dans 80 pays à travers le monde, dont 11 en Afrique. La compagnie est entrée en Tanzanie pour la première fois en 2016. Depuis, elle fournissait plusieurs types de services de transport, telles que UberX, UberX Saver et UberXL.

Lire aussi : Uber teste un service de course partagée en Afrique