UNESCO: des drones pour protéger les grands singes d’Afrique

0
762
La primatologue Sabrina Krief
Dr Sabrina Krief est l'experte en primatologie dont le protocole de recherche a été développé par l'UNESCO

L’UNESCO a lancé un projet de conservation des grands singes en Afrique. L’objectif est d’utiliser des drones pour améliorer l’observation et la collecte de données sur ces singes. 

Le projet de l’UNESCO entend utiliser des drones pour effectuer le suivi et la surveillance à distance des habitats et des espèces de singes. Il sera plus facile de surveiller des zones dangereuses ou isolées avec des drones. cette option réduira également les impacts humains et les perturbations des zones protégées. Elle permettra en outre d’éliminer tout risque de transmission de maladies zoonotiques. 

Un projet-pilote réussi.

Ce projet fait suite au développement d’un protocole de recherche avec le Dr Sabrina Krief, experte en primatologie. Ce protocole propose d’utiliser des drones pour collecter diverses données, telles que les zones d’alimentation des grands singes, leurs nids ou d’autres points d’intérêt pour ces espèces. Les drones pourront également recueillir des informations sur les interfaces entre leurs habitats et les zones d’activités humaines. Une étude pilote a été menée avec succès entre juillet et août 2021 par le projet Sebitoli Chimpanzee, elle a été mise en œuvre par le Dr  Krief dans le parc national de Kibale, en Ouganda. 

Passer à la prochaine étape en 2022.

En janvier 2022, les gestionnaires de 16 réserves de biosphère en Afrique seront formés à l’utilisation des drones. Ils apprendront également à mettre en œuvre le protocole du Dr Krief. Les sites recevront chacun des drones par l’intermédiaire des bureaux locaux de l’UNESCO.

 Le projet permettra la mise à jour des données existantes sur les grands singes à l’intérieur et à l’extérieur des aires protégées. Cette initiative permettra de guider les actions urgentes pour la préservation des singes. Pour l’UNESCO, ces espèces jouent un rôle fondamental dans l’équilibre écologique des forêts et donc dans l’adaptation au changement climatique. 

Lire aussi: African Parks obtient 100 millions $ pour préserver la biodiversité