56 millions d’Unitaid pour faciliter l’accès à l’oxygène médical dans le monde

0
696
Oxygène-médical
Unitaid soutiendra l'initiative de financement de l'accès à l'oxygène médical avec un montant de 56 millions $.

La pandémie de la Covid-19 a exacerbé les besoins en oxygène médical à l’échelle mondiale. Des pays comme la Somalie ont perdu des milliers de vies à cause de ce déficit. Une situation que veut changer Unitaid grâce à un investissement de 56 millions $.

L’organisation internationale Unitaid s’est engagée à débourser une somme de 56 millions $ pour améliorer l’accès à l’oxygène médical. Quatre projets seront mis en œuvre à cet effet. Ils seront menés par ALIMA (The Alliance for International Medical Action), PIH (Partners in Health), CHAI (Clinton Health Access Initiative et l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Ils permettront de réduire le manque d’oxygène médical dans le monde et d’en garantir l’accès équitable dans les milieux défavorisés.

Cet investissement de l’Unitaid aidera à combler le déficit financier lié à l’approvisionnement en oxygène. D’après le plan stratégique et le budget de l’Accélérateur ACT pour 2022, publié par l’OMS, il faudra une enveloppe globale d’un milliard $ pour régler le problème. L’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid) a promis de contribuer à hauteur de 50 millions $. L’Unitaid lance donc un appel aux donateurs et aux partenaires publics et privés du monde entier à soutenir l’initiative. « Il est essentiel d’augmenter le financement afin d’accroître l’offre » de l’oxygène sur le marché, a déclaré Phillipe Duneton, directeur exécutif d’Unitaid.

Lire aussi : Namibie : les hôpitaux publics à court d’oxygène.

Un traitement essentiel à la Covid-19

L’oxygène médical est utilisé pour traiter les patients atteints de Covid-19. Il peut suffire à lui seul à sauver le malade selon Unitaid. Il a d’ailleurs été fortement sollicité dans les hôpitaux après l’apparition de la Covid-19. Son accès, déjà limité avant la pandémie, s’est accentué au cours des deux dernières années. Plusieurs pays africains ont été confrontés à cette pénurie qui a coûté la vie à des milliers de personnes. À l’hôpital général de Gardo en Somalie, près de dix personnes mourraient chaque jour de Covid-19 à cause du manque d’oxygène, rapporte BBC Africa. Every Breath Counts, une coalition de militants de la santé mondiale, a révélé qu’une vingtaine de pays à revenu faible, dont la plupart sont africains, ont été et continuent d’être confrontés à ce déficit.

L’oxygène, vital pour soigner plusieurs maladies

L’oxygène médical sert également à traiter de nombreuses affections comme la pneumonie. Selon Duneton, « environ 7 millions d’enfants atteints de pneumonie hypoxique auront besoin d’oxygène. (…) Investir maintenant permettra de sauver des vies ». L’augmentation du financement pour l’accès à ce médicament aidera aussi les pays à mieux se préparer pour faire face à d’éventuelles maladies qui entraîneront des besoins du genre, souligne Unitaid.

Lire aussi : Le Zimbabwe se dote d’une usine de production d’oxygène médical

Fidèle DJIMADJA